A la découverte de l’histoire géologique du Velay

Une sortie géologique a été réalisée par les élèves de 1°S les lundis 30 avril et 7 mai.

Lors de ces journées, les élèves se sont familiarisés avec la géologie de terrain.Le circuit comprenait 4 arrêts qui nous ont permis de reconstituer l’histoire géologique du Velay et plus particulièrement de la région de Saint-Julien Chapteuil entre la fin du Paléozoïque (environ -350 millions d’années) et aujourd’hui.                                  Lors de chaque arrêt, les élèves ont extrait les indices de terrain à la manière des géologues en réalisant des schémas ou en légendant des photos de paysages, d’affleurements, en effectuant des analyses de roches et en prenant des notes.

Grâce aux indices relevés sur le terrain, à l’échelle du paysage, de l’affleurement et de la roche, nous avons pu constater que cette région a vécu différents épisodes : activités tectoniques en collision, en divergence, volcanisme, érosion, sédimentation. …

Dans un premier temps, nous avons observé un affleurement de granite sur la commune de Rosières. Nous avons pu préciser que le socle granitique de la région du Velay s’était formé entre -350 et -300 millions d’années lors de la formation d’un ensemble de chaînes de montagnes, la chaîne Hercynienne, dont faisait partie le Massif Central.

Sur ce même site, les élèves ont cherché à identifier les agents naturels intervenant dans l’altération de cette roche aujourd’hui à l’affleurement.

Dans cette même commune de Rosières, nous avons étudié le ravin de Corbœuf.

Ce site surnommé « le petit Colorado de l’Auvergne » est un canyon d’argiles multicolores.

Cette formation sédimentaire exceptionnelle en France a permis aux élèves de préciser les notions d’érosion, de transport et de sédimentation.

Les élèves ont alors pu mettre en relation ce site avec l’affleurement de granite précédent : les argiles déposées ici proviennent de l’érosion des plateaux granitiques qui environnaient ce bassin, entre -50 à -34 millions d’années.

Ces argiles, qualifiées d’argiles vertes du Puy, sont exploitées dans une carrière sur un autre site. Les élèves ont ainsi appris que les roches sont des ressources naturelles offrant de nombreuses applications pour l’Homme.

Lors de notre deuxième arrêt, nous avons été accueillis à la carrière de Peylenc (commune de Saint-Pierre Eynac, lieu-dit la Paravent), par le propriétaire qui nous a présenté comment les basaltes pouvaient être exploités.

Sur ce même site, les élèves ont pu observer des orgues volcaniques et comprendre leur origine et leur formation.

Lors de notre 3ème arrêt, nous avons étudié le suc de Monac qui nous a permis de montrer que différents types de volcanismes ont affecté cette région entre -12 et -4 millions d’années.

Cet édifice volcanique est composé de trachy-andésites : roches issues du refroidissement d’un magma plus visqueux que celui qui a formé les basaltes de Peylenc.

Les élèves ont alors découvert que la sédimentation observée à Corbœuf et le magmatisme survenu ensuite étaient en lien avec la formation des Alpes.

Enfin, le dernier arrêt à la Pradette a permis de découvrir un mécanisme géologique nouveau pour les élèves de première : le métamorphisme. Les gneiss trouvés sur le terrain sont des roches dont les minéraux témoignent de modifications de pression et température subies par des roches lors de la formation d’une chaine de montagnes. Ces gneiss datent de la formation de la chaine hercynienne.

Cette découverte du métamorphisme constituera un point de départ pour le prochain programme de terminale.

 

Toute l’équipe de SVT : Mmes Abrial, Badinand, Pahin et Vialette remercie les élèves pour leur sérieux et leur implication lors de cette sortie.

Les enseignantes tiennent à remercier Mme Gomez (technicienne de laboratoire) pour son aide précieuse.

L’équipe de SVT remercie également M Chambon pour son accueil à la carrière de Peylenc.

Enfin, nous remercions la commune de Saint Julien Chapteuil et en particulier Mme Sarellas qui nous a permis d’utiliser l’espace associatif pour la pause déjeuner.

Les commentaires sont fermés